Telouet


Telouet – l’un des lieux les plus historiques du Maroc

Sur le chemin de Marrakech à Ouarzazarte, tournez à gauche de la route nationale quelques kilomètres après le col de Tizin Tichka. Après environ 30 km, vous arriverez à une route récemment bien goudronnée qui traverse la vallée d’Onila le long de l’ancienne route des caravanes, reliant Tombouctou au village de Telouet.

Il est situé dans une haute vallée à environ 1900 mètres d’altitude et constitue le centre d’environ 45 petits villages berbères regroupés autour de Telouet, dominé par une puissante Kasbah, semblable au Potala de Lhassa.

Quiconque veut comprendre le Maroc doit s’occuper de l’histoire de Telouet. Ici, dans le Haut Atlas, une partie de l’histoire mondiale a été écrite. Tout a commencé au début du XVIIIe siècle, alors que des imams fervents venaient d’Arabie saoudite dans les hautes vallées du Maroc, le long des routes de caravanes jusqu’aux Berbères, qui jusqu’alors pratiquaient des formes assez mixtes d’islam et leurs religions archaïques. Ces imams enseignaient l’Islam à l’état pur et ont introculé la pratique de la charia. Ainsi, à Telouet, un imam nommé Glaoui s’est installé avec sa famille et est rapidement devenu respecté en tant qu’instructeur et juge. Les villages berbères se combattaient souvent et il était question d’eau et de droits de pâturage. Avec la charia représentée par le pieux Glaoui Imam, un système juridique ordonné était mis en place dans le haut atlas et empêchait beaucoup d´effusion de sang. Un jour, au début du XVIIIe siècle, le sultan de la dynastie alaouite revint de son pèlerinage à La Mecque avec une caravane et fut surpris par le début de l’hiver à Telouet. Il existe une loi de trois jours sur l’hospitalité en Islam, qui est une sorte de garantie de survie dans les régions désertiques. Tout le monde est obligé de prendre les voyageurs pour un maximum de 3 jours et de se nourrir. On n’est même pas autorisé à demander d’où vient l’étranger et où il va. Cependant, le sultan a été coincé avec son entourage pendant plusieurs semaines à cause du début de l’hiver. Étant donné que le sultan était lui-même d’origine arabe et qu’il partageait les racines et la langue arabes avec l’imam de Glaoui, l’imam servait de médiateur entre le sultan et les villageois et fournissait nourriture et abri au sultan et à son entourage. Avant son départ, le sultan a rassemblé les anciens et s’est fait connaître comme leur souverain. Il a demandé aux Berbères s’ils accepteraient l’imam comme leur chef. L’imam était hautement respecté partout. Les habitants de Telouet ont donc accepté et le sultan l’a nommé pacha (région souveraine). Ce n’était pas tout à fait altruiste, car le sultan avait demandé au Glaoui Pacha de sécuriser l’importante route caravanière menant à Tombouctou et de construire 1000 kasbahs (châteaux d’argile) et des ksars (villages fortifiés) le long de la route commerciale. En retour, le pacha fut autorisé à percevoir des droits auprès des caravanes, ce qui finit par aider la famille à disposer d’une immense richesse.

Les caravanes transportaient de l’or provenant du safran de Tombouctou, des esclaves, de la soie de Chine, des épices et du sel provenant de la seule mine de sel située à proximité, au Maghreb. (8 km derrière Telouet à visiter aujourd’hui, attention – très mauvaise pente à gauche de la route qui sort). Les caravanes échangèrent du sel contre de l’or – le mot Salery, Salar et Salaire pour récompense témoignait encore de la tradition consistant à équilibrer l’or avec du sel et à payer le salaire du sel, car le sel était essentiel à l’époque où il n’y avait pas de réfrigérateurs. aliments.
La deuxième génération de la famille Glaoui était également très respectée. L’Imam était aussi Pacha et un dirigeant juste qui dominait la route des caravanes vers le sud profond du Maroc. Il construisit une seconde kasbah, cette fois-ci non en argile, mais en pierre.

Cependant, à la troisième génération, le Tami Glaoui, né en 1877, est devenu un dictateur sur tout le sud du Maroc. Avec une cruauté incroyable et une main de fer et une armée d’esclaves noirs, Tami Glaoui établit son monopole au pouvoir dans le sud et réalisa avec d’autres seigneurs de l’Atlas en 1953 l’exil du sultan légitime Mohamed V et de son fils Hassan à Madagascar. Ici, les Français sont entrés en jeu, apparemment à la demande du sultan Abd El Hatif (au pouvoir depuis 1908) à l’occasion de la 2e crise du Maroc en 1911 qui a affaibli le sultan Alaouite dans la lutte contre ses adversaires berbères. Cela a conduit au traité de Fès en 1912, par lequel les Français ont assuré le protectorat sur de grandes parties du Maroc avec la tâche de doter le pays d’une nouvelle infrastructure, éducation, droit, circulation et système de santé sur le modèle français. Certaines parties du nord du Maroc et du Sahara occidental sont entrées dans le protectorat espagnol et Tanger a acquis un statut international. Incidemment, de 1880 à 1914, les nations européennes se sont battues pour le pouvoir en Afrique.

La France, qui possédait déjà l’Algérie et d’autres pays sous forme de colonies, dut finalement s’adapter au protectorat, mais traita de plus en plus le Maroc comme une colonie. Ceci à son tour, surtout peu après la Seconde Guerre mondiale, donna vie au mouvement indépendantiste marocain ISTIQLAL (toujours parti au Maroc), qui était également soutenu par le sultan légitime, Mohamed V. C’est essentiellement à cause des sultans que le Maroc n’a jamais est devenu une colonie. Abd El Aziz, qui est monté sur le trône en 1900 à l’âge de 14 ans, et son frère Abd El Hatif, qui l’a déposé en 1908, ont dû faire de douloureuses concessions aux Français et aux Espagnols, car le Maroc était lourdement endetté et économiquement par terre – mais heureusement, il n’est jamais devenu une colonie. Pour maintenir son pouvoir, les Français ont étroitement collaboré avec le Glaoui Pacha, qui est également devenu Pacha de Marrakech. Dans ses camps de concentration dans la région reculée d’Agdsz, il “disposait” de combattants de la liberté et de personnes ne convenant pas aux Français. C’est ainsi qu’en 1953, le sultan légitime fut exilé à la demande du pacha et avec l’aide des Français, ce qui ne fit que renforcer Le mouvement indépendantiste marocain. Des politiciens comme Charles de Gaulle et Churchill, ainsi que des personnalités telles que Charly Chaplin, Majorelle, etc., ont fait un pèlerinage à Telouet et ont consciencieusement salué le Pacha, qui a dirigé d’ici un régime cruel sur le Sud. Comme le chah de Perse, il a été courtisé sur la politique internationale. Lors des cérémonies de couronnement de la reine Elizabeth à Londres, il reçut par exemple une Rolls Royce. Il avait le premier groupe hydroelectrique sur le sol africain et le premier cinéma en Afrique a été construit dans sa kasbah. Enfin, à travers les activités du Mouvement de libération marocain, la communauté internationale n’a pas pu ignorer les violations des droits de l’homme commises par le dictateur de

Glaoui, obligeant les Français à ramener le sultan légitime Mohamed V en 1956 et à laisser tomber le pacha.
Vraisemblablement, tout était déjà bien préparé par la communauté internationale, car au bout de deux semaines, toutes les kasbahs étaient abandonnées par la famille largement ramifiée des Glaouis et privées de leur immense richesse accumulée au fil des siècles. La famille Glaoui avait disparu d’un jour à l’autre et les enfants vivent encore sous des noms différents à San Tropez en Floride ou dans d’autres lieux névralgiques de la haute société. Le sultan légitime Mohamed V a prononcé un discours historique le 16 novembre 1956 à l’occasion du retour de l’exil, qui commençait par la phrase suivante: “L’esclavage est aboli, tous les habitants de ce pays sont égaux et libres, le Maroc dispose d’un nouveau parlement constitution …. “Il expropria la famille Glaoui et répartit le terrain entre les anciens serfs. Il a pardonné généreusement le Pascha du Glaoui, qui à cette époque souffrait déjà dun cancer en phase terminale. Le nom Glaoui, cependant, est toujours marqué par un “goût faisandé” au Maroc et aucun fonds ne parvient à la restauration de la kasbah, dont elle a désespérément besoin.
Tami Glaoui a construit l’un des bâtiments les plus magnifiques du Maroc au début du 20ème siècle. Plus de 300 des meilleurs artisans du Maroc et d’Andalousie ont travaillé pendant plus de 3 ans à l’intérieur, ce qui est encore plus magnifique et astucieux que celui du palais de la Bahia. Cette kasbah est donc un “must” absolu pour les visituers du maroc intéressés. Mes amis “Mohamed Ramon” (tél. +212 6 97 37 50 08) et Rachid, eux-mêmes descendants des esclaves du pacha, sont disponibles pour une visite détaillée et divertissante du château.