Comprendre Marrakech


Comprendre Marrakech –

Points de vue que les guides touristiques ne donnent pas

Marrakech, la «ville rouge» n’est pas une ville qui a developpe et grandi pendant des ciècles, mais une métropole berbère bien conçue créée par les architectes urbanistes il y a près de 1000 ans sur la planche à dessin. Même aujourd’hui, cette structure est presque inchangée et la ville «travaille» toujours selon les mêmes principes.

Alors, comment la ville est-elle structurée et comment elle fonctionne?

Déjà aux XIe et XIIe siècles, les fondateurs des Almoravides et des Almohards construisirent autour de la ville un rempart de 19 km, préservé jusqu’à nos jours. Au centre, un immense lieu de rencontre a été aménagé, la Jemaa el Fna, lieu où bat encore aujourd’hui le cœur du Maroc. Les habitants se rencontrent et s’amusent 365 jours par an parmi les charmeurs de serpents, les conteurs, les acrobates, les danseurs, les magiciens et les musiciens. Les touristes sont dans la minorité claire. Bien sûr, là où il y a beaucoup de monde, ils ont aussi besoin de quelque chose à manger. Il n’y a donc pas seulement des stands de nourriture et de jus sur la place, mais aussi une petite “rue-restaurant” où, depuis le début, de grands fours souterraiunes  d’argile sont chauffés, où jusqu’à 20 agneaux et moutons sont descendus et cuits. C’est le plat préféré des Marocains, “Mechoui”, un dîner festif. Vraisemblablement, ils sont les plus anciens “restaurants” existants dans le monde. Autour de la place sont les souks, les grands bazars, où vous pouvez acheter quelque chose que vous n’achetez pas tous les jours comme des vêtements, des chaussures, des sacs, des bijoux, de la vaisselle, etc. Aux sorties et aux points centraux des souks on trouve des élargissements où les “transporteurs” avec des charrettes à main et âne et parfois même avec Töftöfs attendent pour livrer les marchandises, qui ont acheté le Marrakech dans le Suk dans les Riads. Sur la plus grande place du souk de la Rahba Khedima, près de l’ancien marché aux esclaves, depuis la fondation de la ville, les femmes au henné piétinent inaperçues par les touristes de gros tas de poudre de henné dans leurs mortiers. Même aujourd’hui, c’est ici que les Marrakshis achètent le henné pour les tatouages ​​de mariage élaborés.

Autour de la « ceinture des souks », les « quartiers » sont regroupés. Ce sont des nombreux quartiers résidentiels, chacun avec un flair, une odeur, une population et un niveau social complètement différents. Cela va du quartier royal (Kasbah) au quartier des tanneurs. Ces quartiers ont un caractère de village. Aucune maison n’a plus de deux étages, presque toujours couronnée par une terrasse d’où l’on a généralement une vue sur toute la ville. Entre les quartiers il n’y a que quelques routes de liaison. Ces routes n’étaient pas construites pour les voitures à l’époque. Tout au plus, les vélomoteurs résonnent-ils aujourd’hui à travers ces lignes de vie au grand dam des piétons. Les quartiers, d’autre part, sont des unités administratives fermées, des organismes vivants avec des organes et des organelles: dans chaque quartier, il y a un marché, ouvert du matin au soir, sept jours par semaine. Ici vous pouvez acheter des légumes frais, des fruits, de la viande et du poisson. Dans chaque district, il y a des mosquées, des madrasas et des puits publics. Il y a encore des maisons, qui n ont pas d’eau courante. C’est pourquoi les puits publics se retrouvent dans tous les secteurs. L’eau a toujours été très précieuse au Maroc et c’est a cause de cela que les habitants ne prennent leur bain qu’une fois par semaine dans un hammam. Néanmoins, les Marocains sont très propres à cause des rituels de nettoyage qu’ils pratiquent cinq fois par jour dans le vestibule des mosquées. Un litre d’eau suffit pour l’ »oudoue » (Ablution). Chaque quartier dispose de nombreux hammams (bains publics, les «salles de bains» de nombreuses familles qui n’ont toujours pas leur propre salle de bain dans la maison). Ils sont strictement séparés selon les hommes et les femmes. Le « Farnatchi », le lieu de chauffage du hammam sert également comme lieu de cuisson pour le «Tanjia», la spécialité de Marrakech, un «goulache dans une cruche d’argile» que les femmes apportent ici pour cuisiner. En outre, on decouvre un grand nombre des fours publics, dans lesquels les femmes portent leur pain pour la cuisson. Enfin, le bureau du Moquadam, le quartier-maître ne peut pas manquer. C’est lui qui connaît tout le monde et il est l’autorité incontestée dans tous les conflits de voisinage, les activités administratives et de construction. De la rue principale du quartier, d’innombrables voies mènent aux Derbs (rangées contiguës de maisons). Ils se ramifient comme un arbre et n’ont généralement qu’un seul accès. Un gardien de nuit surveille chaque Derb la nuit, et les résidents le paient solidairement. Ainsi, vous pouvez vous déplacer en toute sécurité n’importe où et retourner en toute sécurité au riad. Plus de 90% des rues de la médina sont des impasses. Cela a rendu la ville pratiquement imprenable dans le passé et cela cause encore aujourd hui à l’étranger de grands problèmes d’orientation. Il n’y a presque pas de routes directes. Il y a partout une ou plusieurs «boutiques de coin» où vous pouvez acheter environ 90% de ce dont vous avez besoin pour votre vie quotidienne. La gamme de produits comprend du papier toilette, des stylos, de l’huile d’olive, des pâtes, du sel, du sucre, du dentifrice, du café, du thé, du yaourt, du lait, des boissons gazeuses, du pain plat frais et des serviettes hygiéniques…… Ici vous trouverez – bien à savoir pour les touristes – toujours aussi l’eau dans des bouteilles de moitié et de 1,5 litre, réfrigérées et non refroidies. Les boutiques sont ouvertes aussi longtemps que les gens sont dans la rue. Les maisons des Derbs ressemblent presque toutes. Ils ont à peine des fenêtres à l’extérieur. Même les portes sont similaires et ne révèlent rien sur la richesse ou le statut social des résidents. Même si vous avez le privilège d’entrer par l’une des portes, vous ne verrez presque rien de la maison au début. Vous entrez dans un couloir sombre et il mène à une cour où il y a des puits et des plantes. Toutes les pièces ouvrent sur le patio qui s’ouvre sur le ciel. Ici, contrairement aux rues et places densément peuplées et bruyantes, il est agréablement calme et frais. Ils appellent les maisons “Riad”. Cela signifie le paradis. La discrétion, la solitude, la vie privée et le silence dans ces maisons dépassent tout ce qu’un Européen peut imaginer. C’est la vraie qualité de vie à Marrakech. C’est la façon de vivre confortablement et calmement dans une grande ville. Les Riads sont des sanctuaires au milieu de la vie bruyante et palpitante de la grande ville animée. Les Riads ont généralement une terrasse, qui est plus le domaine des femmes. Encore une fois, la discrétion est la priorité absolue. Vous ne vous présentez pas sur les toits et ne discutez pas de la terrasse à la terrasse. Si vous voyez un voisin ou un étranger sur la terrasse, vous vous détournez discrètement et prétendez que vous ne vous êtes pas vus.

La ville est incroyablement propre. Ici, pendant 1000 ans, la “séparation des déchets” est pratiquée. Dans la soirée, vous mettez votre poubelle avec les ordures devant la porte et le matin, il est vidé. Les fruits, les légumes et le pain qui restent sont séparés et le matin, les hommes âgés viennent avec une charrette à bras à travers les Derbs et font une grande attention à eux-mêmes. Ainsi, la ménagère reconnaît à l’appel du collectionneur qui se tient devant la porte et lui donne les restes de pain ou de déchets végétaux, qu’il utilise pour nourrir ses propres moutons ou poulets, qui vivent souvent chez les habitants les plus pauvres. La femme reçoit en retour une poignée de lessive ou de détergent. C’est ainsi que la ville “se digère tous les jours”.

Dans le passé, plus de 500 000 personnes vivaient à l’intérieur des remparts de la ville. Aujourd’hui, il y en a encore environ 350 000. Et il y a aussi un problème: ceux qui peuvent se permettre d’abandonner leurs maisons dans la médina préfèrent déménager dans la banlieue avec leurs immeubles moche, qui sont à peine habitables sans climatisation en été (il peut lever jusqu’à 50 degrés Celsius ). Ici l’infrastructure et l’accès sont meilleurs. Ceux qui restent dans la médina sont plus susceptibles d’être affectés à la classe sociale inférieure. Ici, le chômage est élevé, certains quartiers sont surpeuplés et la famille élargie est assez commune. Les abandonnés par les Riads de Marrakech sont souvent des objets spéculatifs d’innombrables agences immobilières. Les riches Européens les achètent, passant souvent quelques semaines par an à Marrakech. Surtout dans les meilleurs quartiers, il existe un énorme fossé social entre les Marocains extrêmement pauvres et les Européens très riches. Sachant cela, il est facile de comprendre qu’en tant qu’étranger, vous êtes souvent séduit par les enfants ou les adolescents. Malgré tout: les Marrakhsis se réconcilient avec le phénomène et sont généralement pacifiques et serviables.

Autour de la médina, Marrakech moderne a grandi au cours des 100 dernières années: ici aussi, il y a des quartiers très différents. Le Boulevard Mohamed V relie la médina au quartier de Guiliz, la Nouvelle Ville d’influence française depuis l’époque du protectorat (1912-1956). Il y a des centres commerciaux ultramodernes, des cinémas, une gare moderne, des clubs, des restaurants et des immeubles de bureaux. De jolies jeunes femmes marocaines, non déguisées, déguisées, habillées en mode western et avec les cheveux longs ouverts, se promènent aussi ici, souvent même main dans la main avec leur petit ami – inenvisageable dans la médina.
Si vous êtes impliqué dans la jetset, vous serez domicilié dans le “Hivernage”, un quartier résidentiel verdoyant entre Medina et Guiliz. Ici vous trouverez aussi les grands hôtels de luxe de niveau international, les banques et les clubs de luxe.

Marrakech a de nombreux beaux parcs bien entretenus, des oasis de verdure dans la “ville rouge”. Le jardin Majorelle avec le musée et la villa d’Yves Saint Laurent, le jardin Anima d’André Heller (juste à l’extérieur) et le jardin de la mosquée Kotubia sont particulièrement intéressants pour les touristes. Mais le Cyperpark sur le boulevard Mohamed V avec sa connexion Wi-Fi gratuite mérite également le détour. Vieux et jeunes se retrouvent ici pour faire la sieste sous les vieux arbres et discuter avec le téléphone portable.

Enfin, au nord de la ville, il y a encore le «Palmaire», une grande oasis de dattier qui s’assèche de plus en plus aujourd’hui par manque d’eau. Ici, cependant, il y a des enclaves de luxe et des centres de villégiature avec des terrains de golf, des villas et des boîtes de nuit qui peuvent rivaliser avec les plus exclusifs et coûteux du monde.

Ainsi Marrakech est une ville de contrastes, moderne et médiévale, villageoise et métropolitaine à la fois. Plus que dans d’autres villes d’Afrique du Nord, le public international, les Berbères et les Arabes vivent ici dans la paix, la tolérance et la coexistence synergique.